Les allergies en printemps, comment vivre avec elles?

Dans l’article précédent, nous avons vu que les allergies sont liées à la santé respiratoire et la différenciation entre les symptômes allergiques et infectieux. Si nous pouvons atténuer les symptômes d’allergie (écoulement nasal, congestion nasale, éternuements, toux et dans les cas graves d’asthme), l’état de la personne malade améliorera.

Le règne végétal nous offre des plantes qui, lorsqu’elles sont combinées, peuvent aider à améliorer la vie de la personne allergique. Cependant, ces plantes ne remplacent pas les thérapies avec des bronchodilatateurs, des corticostéroïdes ou d’autres médicaments utilisés dans les cas graves d’asthme.

Ces plantes comprennent éternelle jaune, pin, desmodium, aigremoine, lichen islandais, prêle des champs, fumeterre et cassis. Ils sont utilisés avec des éléments nutritionnels à action principalement antioxydante tels que les vitamines C, E, bêta-carotène, sélénium, manganèse et cuivre. Quelques propriétés de ces plantes sont:

-Le cassis contient des flavonoïdes et des proanthocyanidines avec action protectrice sur les muqueuses.

-Les extraits normalisés d’aigremoine et d’éternelle jaune aident à renforcer les défenses naturelles de l’organisme.

– Les bourgeons de pin et de desmodium aident au bon fonctionnement des voies respiratoires.

–Le lichen d’Islande contribue au bon fonctionnement du système immunitaire. Avec effet adoucissant et protecteur de la muqueuse respiratoire des polysaccharides.

-Le prêle des champs et la fumeterre aident à l’élimination des toxines.

La quercétine, après diverses études, s’est avérée efficace sur la stabilisation des membranes des mastocytes, responsables de la libération d’histamine (les allergies sont des processus qui sont dus à la libération d’histamine par l’organisme lorsqu’il est en présence d’une substance agissant comme un allergène). En réduisant ainsi la dégranulation des mastocytes, elle agit directement à l’origine des réactions allergiques et des symptômes associés.

Quelques mesures de prévention à prendre en compte:

1. Le plus important est de savoir à quel type de pollen nous sommes allergiques et pendant quelle période de l’année il est libéré. Il existe des calendriers polliniques qui nous montrent la période de production et de libération du pollen des différentes espèces végétales, en fonction de leur situation géographique. Cela nous permet de savoir quand nous pouvons être plus ou moins affectés.

2. Utiliser des masques pour éviter de respirer les grains de pollen. Porter des lunettes de soleil pour limiter le contact direct du pollen avec vos yeux. Les personnes qui utilisent des lentilles devraient cesser de les utiliser pendant ces jours, car le pollen s’accumule autour d’elles et peut causer des lésions oculaires importantes.

3. Hygiène extrême des mains et du visage.

4. Éviter tout contact direct avec les plantes qui produisent le pollen auquel vous êtes allergique.

5. Nettoyer la maison et ouvrir les fenêtres pendant une courte période (environ 5 minutes suffisent) et mieux à midi, lorsque la concentration de pollen est plus faible. La concentration la plus élevée se produit pendant la nuit.